Close
Loading...

Epée Viking de combat Xème siècle

Épée viKing avec fourreau, 10ème siècle,
À côté de la hache, l'arme la plus essentielle du viKing était l'épée, un fait qui pouvait être vu reflété dans leur foi: seul le
les guerriers qui étaient tombés sur le champ de bataille avec leur épée en main étaient jugés dignes d'entrer dans le Valhalla. 

Plus de détails


177.29€ TTC

Nous vous conseillons 30 autres produits dans la même catégorie :

La variété des formes et des conceptions qui caractérise l'art viKing et l'artisanat étendu à l'épée. Cette réplique de combat du 10ème siècle est le résultat de notre propre recherche l'objectif a été d'abord de reconstituer ce qui servirait plus tard comme un modèle pour une production en série. Dans le processus de développement, nous avons délibérément opté pour un type d'épée qui est rarement répliqué. L'épée est largement calquée sur les découvertes archéologiques originales décrites dans la littérature spécialisée pertinente.
Cette épée viKing est exclusivement fabriquée à la main. La lame est forgée en acier  EN45, durcie à l'huile et tempérée à une dureté Rockwell d'environ 48-50 HRC. Il présente un large éventail distinctif qui non seulement permet une grande flexibilité, mais
réduit également le poids. La lame est rivetée au pommeau. La pointe et les bords tranchants sont émoussés et arrondis. la garde est forgée en acier et la poignée en bois est enveloppée dans du cuir.
La livraison comprend un fourreau en bois recouvert de cuir et richement orné et fidèle au style original de l'époque.
Longueur: env. 93,5 cm-longueur de la lame: env. 75,5 cm-largeur à la garde: env. 4,2 cm-épaisseur de la lame: env. 4 mm-point d'équilibre: env. 13 cm du garde-tranchant: env. 2 mm, légèrement arrondi-poids: env. 1100 g-  Fourreau incl. avec garnitures en laiton plaqué argent
Pendant le règne de Charlemagne, le prix d’une épée (une Spata, ou épée longue) avec fourreau a été fixé à sept solidi (totalisant environ 1,3 k USD) (lex Ribuaria). Les épées étaient encore des armes relativement coûteuses, mais pas aussi exclusives que pendant la période méso-Vingienne, et dans les capitularies de Charlemagne, seuls les membres de la cavalerie, qui pouvaient se permettre de posséder et de maintenir un cheval de guerre, devaient être équipés d’épées. La chronique de Regino suggère qu’à la fin du 9ème siècle, l’épée était considérée comme l’arme principale de la cavalerie. 

Il y a très peu de références à la production d’épée de l’époque carolingienne, hormis une référence aux emundatores vel politores présents dans les ateliers de l’abbaye de Saint-Gall. deux hommes aiguisant des épées, l’un utilisant une meule l’autre un dossier, sont montrés dans le psalter d’Utrecht (fol. 35V).
L’épée a graduellement remplacé le sax à la fin du 8ème au début du 9ème siècle. Parce que les marchandises graves n’ont plus été déposées en Francia au 8ème siècle, les découvertes continentales sont principalement limitées à des découvertes errantes dans les lits fluviaux (où les conditions anaérobies favorisent la préservation de l’acier), et les exemples les plus existants d’épées carolingiennes proviennent les tombes des cultures du Nord ou de l’est où les coutumes funéraires païennes étaient encore en vigueur. 

Le soudage à motifs est tombé hors d’usage au 9ème siècle, car l’acier de meilleure qualité est devenu disponible. Un meilleur acier permettait également la production de lames plus étroites, et les épées du 9ème siècle ont plus prononcé effilée que leurs prédécesseurs du 8ème siècle, déplaçant le point d’équilibre vers la poignée. Coupland (1990) propose que cette évolution ait accéléré la disparition du sax, car l’épée était maintenant disponible pour frapper rapidement, tandis que la période de migration spatha était principalement utilisée pour livrer des coups lourds visant à endommager les boucliers ou les armures. La morphologie améliorée combine la maniabilité et le poids dans une seule arme, rendant le sax redondant.

Demande de devis pour un événement