COVID-19 | Les commandes restent opérationnelles | Difficulté d'approvisionnement | Transporteurs réquisitionnés pour les priorités | Patience.
Close
Loading...

Epées, rapières et fleurets

Toutes les épées et rapières du grand siècle, celles de duel et de légende.Celle de D'Artagnan ou de Fanfan la Tulipe.Les fleurets ont de nouvelles lame plus résistantes


Les rapières à la fin du moyen-âge furent ainsi produites dès 1530. L'Espada Ropera d'Espagne est considérée comme la première Rapière européenne. C'était une épée de taille et d’estoc destinée principalement à l'usage personnel — plutôt qu'au champ de bataille —. La rapière espagnole a été efficace dans des attaques précises, combats de rue.
Les Français d'autre part ont commencé à appeler des épées très longues comme "la rapière" en 1470. Elles étaient plus courtes, plus légères et plus décoratives que l’épée des Chevaliers. Plus tard, elles sont devenues de plus en plus minces. Cela permis aux nobles de porter des épées moins effrayantes et plus légères sur leurs côtés. Elles ont été utilisées dans l'auto-défense urbaine, également dans des duels privés menés pour résoudre les insultes.
Comme la rapière devient populaire, il a fallu plus d'un demi-siècle pour qu’elle prenne sa forme finale. D'une arme pour trancher elle a évolué en lames très longues et minces pour percer. Avec cette nouvelle arme, de nouvelles méthodes d'escrime ont été introduites, et des discussions savantes sur de nouveaux jeux d'épée et de jambes ont prospéré dans les arts martiaux européens à cette époque.
Les conceptions de la poignée et les longueurs de la lame varient largement à travers différentes cultures. L'apparence de la poignée peut parfois être un cadeau à son origine. Par exemple, la rapière espagnole est reconnaissable par sa poignée, le rapière anglais par son embout oval plat, la rapière allemande pour ses deux couvertures à clapet, et le français rapière pour ses poignées sophistiquées.
Les épées médiévales de taille ont également été rejetées en raison de leur incapacité à infliger des blessures mortelles. La tendance parmi les épéistes de la Renaissance était que dans un Duel civil, les coups qui frappent profondément aux organes internes étaient préférables aux coupes de surface. En outre, les positions de coupe peuvent être facilement prévues et parées. Les attaques faites par les rapières étaient exactes, précises, et si elles n’étaient pas esquivées à temps, elles étaient mortelles.
En 1715, la rapière fut finalement remplacée par la petite épée légère pour une question de commodité. La petite épée était plus légère et pouvait être transportée et tirée avec plus de facilité. La rapière d'autre part était très longue, et ses poignées complexes la rendait lourde. Changer les goûts et les coutumes sociales signifiait aussi la disparition de l'épée. Il y avait moins de guerres urbaines pour utiliser la rapière et les défis de Duel étaient rares. En outre, elles étaient fragiles et vulnérables. Elles pouvaient casser à la suite de coups violents ou pour bloquer une attaque. Le combattant devait utiliser des poignards, des manteaux ou d'autres objets pour se défendre. La petite épée en comparaison était très fonctionnelle. Son style d'escrime comprenait une parade et une contre-attaque comme un seul mouvement. Ainsi, il n'y avait pas besoin d'un poignard ou d'autres épées pour parer.
Les différentes parties de la rapière.
LA GARDE: les rapières ont souvent des poignées complexes conçues pour protéger la main brandissant l'épée. Les bagues s'étendent en avant de la traverse. Pour certains, les bagues sont recouvertes de plaques métalliques. Il n'y avait guère d'exemple qui présentait des plaques couvrant les anneaux avant les années 1600. Beaucoup de gardes comprennent un arc s'étendant vers le bas de la traverse protégeant la poignée, qui était habituellement le bois enveloppé avec le cordon, le cuir ou le fil. Un grand pommeau (souvent décoré) sécurise la poignée de l'arme et fournit un certain poids pour équilibrer la lame longue.
LA LAME: Divers maîtres rapière divisaient la lame en deux, trois, quatre, cinq ou même neuf parties. La forte, forte, est la partie de la lame la plus proche de la poignée; dans les cas où un maître divise la lame en un nombre pair de pièces, il s'agit de la première moitié de la lame. La débole, faible, est la partie de la lame qui comprend le point et est la seconde moitié de la lame lorsque l'épée est divisée en un nombre pair de pièces. Cependant, certains maîtres rapière divisaient la lame en trois parties (ou même un multiple de trois), auquel cas le tiers central de la lame, entre le fort et le debole, était souvent appelé le Medio, le mezzo ou le Terzo. D'autres ont utilisé quatre divisions (Fabris) ou même 12 (Thibault).
Le Ricasso est la partie arrière de la lame, généralement non affûtée. Il s'étend en avant de la traverse ou du quillon, puis s'intègre graduellement dans la portion plus fine et plus nette de la lame.
Demande de devis pour un événement